Humanité solidaire

 

poesiedesjours8.jpg

 

Action contre la faim 1

@Action contre La Faim

 

 

Observatoire des Inégalités

 

 


 
 

La lettre de l'Observatoire des inégalités - N° 186 - Juin 2020

 
  Analyses
Le partage des tâches domestiques et familiales ne progresse pas Questions clés
Les inégalités sont-elles dans nos têtes ?
Données
Où vous situez-vous sur l’échelle des salaires ?
Données
Les ménages immigrés sont moins bien logés
Données
De moins en moins de jeunes sans diplôme
Mesurer les inégalités
Comment mesure-t-on les revenus ?
Mesurer les inégalités
Quels sont les indicateurs de mesure des inégalités de revenus ?
Mesurer les inégalités
La mesure des inégalités : qu’est-ce qu’un « décile » ? À quoi ça sert ?
Mesurer les inégalités
Quelle est la meilleure manière de mesurer les inégalités de revenus : en pourcentage ou en euros ?

Solidarités International

 


 
 

Alternative text
 

 

Le Myanmar, comme chaque année, fait face à une sévère pénurie d’eau. La fin de la saison des moussons engendre un vrai défi d’approvisionnement d’eau dans les camps de déplacés de Pauktaw, dans l’État du Rakhine.

Ces longs mois de sécheresse sont de plus en plus précoces dans l’année. 22 000 personnes, dont 5 400 enfants à Pauktaw souffrent de cette situation et dépendent de notre aide.

SOLIDARITÉS INTERNATIONAL se bat pour leur garantir un accès à cette ressource vitale. Nos équipes ont installé des bassins afin de récolter l’eau des moussons, la stocker et la distribuer aux populations. Seulement cette année, avec l'arrivée prématurée des sécheresses, les bassins s’assèchent.

Aujourd’hui, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL ne parvient à distribuer que 7,5 litres d’eau par personne et par jour. Selon l'Organisation Mondiale de Santé, une personne doit avoir accès à 20 à 50 litres en moyenne par jour. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien.

 
Alternative text
 
 

Aidez-nous à apporter une aide aux populations les plus vulnérables au Myanmar.

Solidairement,

Les équipes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL

 

Alternative text
 

 

 

 

Ordre de Malte

 
La faim, en France comme ailleurs, est innacceptable.
Je fais un don à l'Ordre de Malte France
 
 
 

Handicap International

 
Personne ne devrait risquer sa vie en sortant de chez lui.
     
  Pourtant c'est ce que font les femmes démineuses
tous les jours pour réduire le nombre de
victimes des mines. 
 
     
     
 
Nous espérons que vous et vos proches êtes en bonne santé.

Alors que la pandémie confine encore une grande partie de l’humanité chez elle, nos équipes sur le terrain continuent à agir contre les mines antipersonnel. Plus que jamais, ce combat reste d’actualité : en 5 ans le nombre de nouvelles victimes a quasiment doublé et parmi les victimes civiles, 54 % sont des enfants.

Aujourd’hui, nous voulons vous présenter des femmes démineuses comme Lam, Rosette ou Angie, qui comptent sur votre soutien pour les aider à débarrasser leur pays des mines et bombes à sous-munition.
 
 
*Exceptionnellement en 2020, vos dons sont déductibles à 75% dans la limite de 1 000€.
 
     
     
  Docteur Jean-Baptiste Richardier
Cofondateur de Handicap International
 
 
     
     
  Témoignages de femmes qui sauvent des vies   
     
 Témoignage de Lam, démineuse au Laos
Témoignage de Rosette, démineuse du Congo

Témoignage de Angie, démineuse de Colombie

 

 

 

 

Apprentis d'Auteuil

   
Ensemble, tout est possible. - JE FAIS UN DON
     
  Nous vous souhaitons une belle fête de la Pentecôte au terme de ce temps pascal si singulier, douloureux parfois, alors que la joie même domine habituellement en cette période.  
  En ce temps de déconfinement progressif, je vous adresse quelques mots sur les conséquences de la crise sanitaire pour les jeunes accueillis à la fondation et les moyens que nous mettons en œuvre afin de ne jamais lâcher le lien avec eux.  
 
Voir l'appel du Directeur, Nicolas Truelle
 
 
JE FAIS UN DON
 
  Vous recevrez un reçu fiscal dans les deux jours ouvrés suivant votre don en ligne.  
  Continuons à prendre soin les uns des autres.
Un grand MERCI !
 

  Nicolas Truelle
Directeur Général
Apprentis d’Auteuil
Nicolas Truelle, Directeur Général Apprentis d’Auteuil  

  GUIDE FISCAL - Votre don est déductible :  

  - de votre Impôt sur le Revenu.  

 

Vous pouvez déduire 75 % de votre don à hauteur de 1 000 €, pour tous les dons effectués du 1er janvier au 31 décembre 2020. Au-delà, votre don est déductible à hauteur de 66 % dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable.

 

 

Médecins Sans Frontières

 

Médecins Sans Frontières
 
Agir Ensemble

 
 
 MATERNITE DE DASHT-E-BARCHi 
 
Ils sont venus pour
tuer les mères
 
 
Avertissement : cet e-mail parle de violences dirigées contre des mères et des enfants

" Je suis revenu sur les lieux le lendemain de l'attaque et ce que j'ai vu dans la maternité montre bien que les assaillants ont tiré sur les mères d’une manière systématique. Ils sont entrés dans les chambres de la maternité, en tirant sur les femmes qui étaient dans leur lit. C'était méthodique. Les murs étaient criblés d’impacts de balles, il y avait du sang sur le sol des chambres, des véhicules brûlés et des fenêtres cassées" , explique Frédéric Bonnot, responsable des programmes de MSF en Afghanistan.

Profitant de la vulnérabilité totale de femmes enceintes, de jeunes mères et de nouveau-nés pris en charge au sein de l’hôpital de Dasht-e-Barchi à Kaboul, un nombre inconnu d’assaillants a attaqué mardi pendant quatre heures de cauchemar la maternité gérée par MSF à coups de tirs et d’engins explosifs.

Les chiffres officiels indiquent que 24 personnes ont été tuées, dont 11 mères hospitalisées au moment de l’attaque. Trois d’entre elles étaient dans la salle d’accouchement sur le point de donner naissance à leur bébé. Parmi les morts figurent deux jeunes garçons et une sage-femme afghane qui travaillait avec MSF. Deux nouveau-nés ont été blessés, dont l'un a été transféré en urgence pour être opéré dans un autre hôpital après avoir reçu une balle dans la jambe.

Les activités médicales de la maternité de Dasht-e-Barchi sont actuellement suspendues, mais pas arrêtées. Les patients ont été évacués vers les hôpitaux alentours et le personnel mis à l’abri.

Les violences contre la population sont malheureusement trop fréquentes en Afghanistan. Mais il n’y a pas de mots pour exprimer l’horreur de ce qui s'est passé mardi et qui a une nouvelle fois endeuillé notre association.

Nous sommes choqués de l’insupportable et odieuse violence aveugle commise contre des mères et leurs enfants, et nos équipes médicales paient à nouveau de façon très lourde leur présence auprès de ces patientes.
 
Dr Mego Terzian 

Président de MSF

 

 

Observatoire des Inégalités

 


 
 

La lettre de l'Observatoire des inégalités - N° 185 - Mai 2020

 
Soutenez la publication du premier « Rapport sur les riches en France »
En savoir plus...
 
Points de vue
Jour d’après : supprimer la pauvreté, c’est possible
Analyses
Revenus : qui est touché par le Covid-19 ?
Entretiens
« Coronavirus : l’ampleur de la crise à venir dépendra des choix politiques »
Analyses
Faut-il être riche pour être bien soigné ?
Données
Riches et pauvres, inégaux devant la mort
Données
L’accès à la médecine inégalement réparti dans le monde
Données
Une précarité énergétique qui diminue
Points de vue
Une école qui élimine trop souvent les plus fragiles
Données
Associations : bien davantage de cadres que d’ouvriers

Près de six cadres supérieurs sur dix adhèrent à une association, contre un tiers des ouvriers et des employés. La participation à la vie associative est très liée au niveau de diplôme et au niveau de vie.

Handicap International

 

URGENCE CORONAVIRUS
Faire un don
Réduction fiscale : 75%
 
Session de sensibilisation du personnel à l'épidémie de COVID-19 au Bangladesh.
     

Face à la progression de l’épidémie dans les pays les plus pauvres, Handicap International a déjà adapté plus de 50 de ses programmes pour répondre à la crise. Alors que la pandémie est encore relativement invisible dans ces pays en raison de la faible capacité de détection, nous nous préparons à une vague de l’ampleur d’un véritable Tsunami.  

Les systèmes de santé, parfois inexistants, sont très rapidement dépassés. Par exemple au Burkina Faso ou en République Centrafricaine, il n’y a que quelques dizaines de lits de réanimation aujourd’hui opérationnels pour l’ensemble du pays, en République Centrafricaine, il n’y a que 3 respirateurs... Et dans ces pays à faible revenus, ce sont 19 millions de personnes - soit 84 % des réfugiés dans le monde - qui vivent dans des camps surpeuplés, parfois aussi grands que des villes.  

Dans ce contexte, Handicap International se réinvente sur le terrain pour tenter d'apporter les réponses concrètes les plus efficaces pour soutenir les populations, dans la prévention et la détection de la maladie, l’effort de confinement et le renforcement des systèmes de santé. En voici quelques exemples : 

- Reconversion des véhicules dédiés au déminage en transports de malades,

- Transformation de nos ateliers de prothèses pour fabriquer du gel et des masques,

- Mobilisation des travailleurs sociaux à des fins de détection de la maladie,

- Diffusion à la radio de messages de prévention, formations aux gestes barrières.

Et pour mener à bien toutes ces nouvelles initiatives totalement imprévisibles, nous avons besoin de vous. 
C’est maintenant que la solidarité doit prendre le virus de vitesse, pour aider ces populations dont la plupart sont déjà fragilisées, en grande pauvreté, et pour stopper cette pandémie mondiale. 

La solidarité, c’est le 1er geste barrière.
Agissez sur Handicap International.fr

D’avance, je vous remercie de tout cœur.
 

Xavier Du Crest 
Directeur de Handicap International France