Poésie ininterrompue

 

Baudelaire 1

 

M'établir en vous

 

La sainte trinite

 

Ô mon Dieu,

Trinité que j'adore,

aidez-moi à m'oublier entièrement

pour m'établir en vous,

immobile et paisible comme si déjà 

mon âme était dans l'éternité.

 

Que rien ne puisse troubler ma paix,

ni me faire sortir de vous,

Ô mon Immuable,

mais que chaque minute m'emporte plus loin

dans la profondeur de votre Mystère.

 

Pacifiez mon âme,

faites-en votre ciel,

votre demeure aimée et le lieu de votre repos.

 

Que je ne vous y laisse jamais seul,

mais que je sois là tout entière,

tout éveillée en ma foi,

tout adorante,

toute livrée à votre Action créatrice.

Elisabeth de la Trinité

 

Ce que j'ai mon Dieu je vous le donne

 

Img 20141221 155156

 

 

O mon Dieu, vous m'avez blessé d'amour
Et la blessure est encore vibrante,
O mon Dieu, vous m'avez blessé d'amour.

Voici mon sang que je n'ai pas versé,
Voici ma chair indigne de souffrance,
Voici mon sang que je n'ai pas versé.

Voici mon coeur qui n'a battu qu'en vain
Pour palpiter aux ronces du Calvaire,
Voici mon coeur qui n'a battu qu'en vain.

Voici mes yeux, luminaires d'erreurs
Pour être éteints aux pleurs de la prière,
Voici mes yeux, luminaires d'erreurs.

Hélas ! Vous, Dieu d'offrande et de pardon,
Quel est le puits de mon ingratitude,
Hélas ! Vous, Dieu d'offrande et de pardon.

Vous, Dieu de paix, de joie et de bonheur,
Toutes mes peurs, toutes mes ignorances,
Vous, Dieu de paix, de joie et de bonheur.

Vous connaissez tout cela, tout cela
Et que je suis plus pauvre que personne,
Vous connaissez tout cela, tout cela.

Mais ce que j'ai, mon Dieu, je vous le donne.

Paul Verlaine 
 

La croix de bois

 

Img 20170226 151740

 

Les oiseaux regardaient le poète à genoux.

Ils voyaient dans la brume une croix ébauchée,

Puis un être, immobile et la tête penchée.

De l'homme au bois sacré quand les bras s'appuyaient,

Quand il joignait les mains, les oiseaux s'enfuyaient

Par les chemins, sur le coteau, dans la ravine,

Et l'homme, resté seul sous votre Croix divine,

O Christ, l'homme ulcéré, le pécheur, le passant,

Baignait son coeur malade aux flots de votre sang.

Paul Harel

 

Mon frère

 

mon-frere.jpg

 

Mon frère, va donc voir, toujours renouvelée,

s'arrêter un moment l'Humanité en marche,

manger le Pain de Vie multiplié dans l'Arche,

et repartir vers les Terres d'Eternité.

Francis Jammes

 

Je viens à vous Seigneur

 

Heureux les pauvres de coeur

 

Je viens à vous, Seigneur ! confessant que vous êtes
Bon, clément, indulgent et doux, ô Dieu vivant !
Je conviens que vous seul savez ce que vous faites,
Et que l'homme n'est rien qu'un jonc qui tremble au vent ;


Je dis que le tombeau qui sur les morts se ferme
Ouvre le firmament ;
Et que ce qu'ici-bas nous prenons pour le terme
Est le commencement...

Victor Hugo

 

Qu'un coeur battant

 

qu-un-coeur-battant-1.jpg

 

Coeur tant de fois baigné

Dans la lumière,

Et tant de fois noyé

Source première.

 

Coeur qui as tant battu,

D'amour, d'espoir,

Ô coeur trouveras-tu

La paix du soir...

 

Coeur dévoré d'amour,

Te tairas-tu,

Ô coeur de jour en jour

Inentendu...

 

Charles Péguy

 

Pays, arrêté à mi-chemin

 

Poesiedesjours rilke

 

Pays, arrêté à mi-chemin
entre la terre et les cieux,
aux voix d'eau et d'airain,
doux et dur, jeune et vieux,

comme une offrande levée
vers d'accueillantes mains :
beau pays achevé,
chaud comme le pain ! 

Rainer Maria Rilke

 

A travers toutes les nuits

 

Le ciel pourrait virer au noir 1

 

Ô Verbe éternel, parole de mon Dieu,
je veux passer ma vie à Vous écouter,

je veux me faire tout enseignable afin d'apprendre tout de Vous;
puis, à travers toutes les nuits, tous les vides,
toutes les impuissances, je veux vous fixer toujours et
demeurer sous votre grande lumière.

Ô Père, penchez-Vous vers votre pauvre petite créature,

ne voyez en elle que le Bien-aimé en lequel
Vous avez mis toutes vos complaisances.

Elisabeth de la Trinité

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×