Prière des Jours

 

 

La Trinité dans notre vie

 

La Trinité dans notre vie

 

Professer notre foi en un Dieu Un qui est Père, Fils et Esprit Saint caractérise la foi des chrétiens.

Le chrétien croit que Dieu le Père a envoyé son Fils, Jésus, mort et ressuscité, vivant, et que l'Esprit Saint procède du Père et du Fils. Le baptême nous introduit dans cette communion trinitaire pour que nous vivions dès maintenant de cette communion.

Cette fête de la Sainte Trinité est pour nous l'occasion de nous souvenir que lors de la 1ère apparition de Marie à Lourdes, Bernadette a dû attendre que Marie l'initie à mieux se revêtir du signe de la Croix, avant de pouvoir tracer sur elle ce signe trinitaire.

Parce que vivre cette communion n'est pas toujours facile, nous pouvons, nous devons compter sur le Seigneur. Il est

 Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d'amour et de vérité. » Il pardonnera nos fautes et nos péchés, et fera de nous son héritage

comme le disait Moïse dans le livre de l'Exode, la 1ère lecture.

Parce que vivre cette communion n'est pas toujours facile, il nous faut accueillir l'appel de Paul dans la 2ème lecture :

Cherchez la perfection, encouragez-vous, soyez d'accord entre vous, vivez en paix, et le Dieu d'amour et de paix sera avec vous. Saluez-vous les uns les autres par un baiser de paix.

Apprendre à vivre le mystère trinitaire est un chemin comme le laissent entendre les verbes : chercher, s'encourager, vivre en paix. 

Sur ce chemin, nous avons besoin de nous soutenir, de nous encourager les uns les autres en échangeant le « baiser de paix » c'est-à-dire en nous tournant ensemble vers le Christ Jésus pour recevoir sa Paix.

https://hozana.org/

 

 

Marie, je viendrai me réfugier dans votre Cœur

 

Jour 29 : je consacre tout mon AVENIR

Avec saint Don Bosco, saint Maximilien-Marie Kolbe et sainte Bernadette

" Ayez grande confiance dans la bonté et la puissance de la Mère de Dieu. "
(Saint Don Bosco)

" Marie adore le Fils de Dieu : elle est la Vierge Mère. Elle a toujours été et sera toujours pour nous tous, la Mère la plus affectueuse : durant notre vie, au moment de notre mort et pour toute l'éternité. Rappelons-nous souvent cette vérité, surtout dans les épreuves extérieures mais aussi dans les difficultés intérieures qui sont les plus dures. Ne mets pas uniquement ta confiance en toi-même mais entièrement dans l'Immaculée, Médiatrice de toutes les grâces, alors tu vaincras toujours et sûrement. " (Saint Maximilien-Marie Kolbe)

" Ô Marie, c'est au fort de la douleur et de l'épreuve que Vous êtes devenue ma Mère, je dois donc avoir une grande et entière confiance en Vous ; lorsque je serai sous le coup de l'épreuve de la part des créatures, et que je serai exposée à la tentation et à la désolation de mon âme, je viendrai me réfugier dans votre Cœur, ma bonne Mère, et Vous prier de ne pas me laisser périr, de m'accorder la grâce d'être soumise et confiante dans l'épreuve, à Votre exemple, de souffrir avec amour ; que je reste, comme Vous, debout au pied de la Croix et clouée sur la Croix, si tel est le bon plaisir de Votre cher Fils. Jamais une enfant dévouée à Marie ne pourra périr ; ma Bonne Mère, ayez pitié de moi ; je me donne tout entière à Vous, afin que Vous me donniez à Votre cher Fils, que je veux aimer de tout mon cœur. Ma Bonne Mère, donnez-moi un cœur tout brûlant pour Jésus. Amen. " (Prière de sainte Bernadette)

https://hozana.org/

 

La croix est notre seul titre de gloire

Lundi Saint - Perdre mon temps par amour

« Six jours avant la pâque, Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare, qu'il avait réveillé d'entre les morts. » (Jn 12, 1)

 

« La foi au crucifié, la foi vivante, qui va de pair avec le don de soi par amour, est donc pour nous accès à la vie et commencement de la gloire future ; c'est pourquoi la croix est notre seul titre de gloire. » (Edith Stein_ "Science de la croix")

https://hozana.org/

 

 

Ecouter Dieu me parler

J37 - Ecouter Dieu me parler

« (Jésus) repartit de l'autre côté du Jourdain, à l'endroit où, au début, Jean baptisait ; et il y demeura. » (Jn 10, 40)

 

« Une parole de l'Écriture peut me toucher si profondément qu'à travers elle je sens que Dieu lui-même m'adresse la parole et je perçois sa présence. Le livre et l'auteur sacré, ou le prédicateur que j'entends à ce moment-là, ont disparu — Dieu parle en personne, et Il me parle à moi. » (Edith Stein_ "Voies de la connaissance de Dieu")

https://hozana.org/

 

 

Qu'aucune âme n'ait peur de s'approcher de moi

 

"Qu'aucune âme n'ait peur de s'approcher de moi, même si ses péchés sont comme l'écarlate." 117225-9-jours-sur-les-pas-de-sainte-faustineL'Église nous invite du Vendredi Saint au Dimanche de la Divine Miséricorde à prier la neuvaine à la Divine Miséricorde. Le Christ a ordonné à Ste Faustine de l'écrire et de la prier, suivons ses pas...

 

« Neuvaine à la Miséricorde Divine, que Jésus m'a ordonné d'écrire et de réciter avant la fête da la Miséricorde. Elle commence le Vendredi Saint.


Je désire que, durant ces neuf jours, tu amènes les âmes à la source de Ma miséricorde, afin qu'elles y puisent force et soulagement, ainsi que toutes les grâces dont elles ont besoin dans les difficultés de la vie, et particulièrement à l'heure de la mort.

Chaque jour, tu amèneras à Mon cœur un groupe d'âmes différent et tu les plongeras dans l'océan de Ma miséricorde. Et Moi, je les ferai entrer toutes dans la demeure de Mon Père. Tu feras cela dans cette vie et dans l'autre.

Je ne refuserai rien aux âmes que tu amèneras à la source de Ma miséricorde. Chaque jour, tu imploreras Mon Père, par Mon amère Passion, d'accorder des grâces pour ces âmes-là »

(Petit Journal 1209_ Ste Faustine Kowalska ).

https://hozana.org/communaute/8160-9-jours-sur-les-pas-de-sainte-faustine

 

 

Ma vie commence neuve chaque matin

 

J32 - Cinquième dimanche - Commencez toujours !

 

Lettre d’Edith Stein

« Ma vie commence neuve chaque matin. »

Lettre du 12 février 1928 à sœur Callista Kopf  (Corresp. I, p. 369-371)

 

Contexte : La destinataire Elisabeth Kopf (1902-1970) fut préparée au baccalauréat par Edith Stein. Elle reçut le nom de sœur Calliste comme dominicaine en 1927. Edith Stein se réjouissait de « désormais fêter nos saints patrons l’une avec l’autre. » (Lettre du 12 octobre 1927) Edith (devenue Thérèse Hedwige depuis son baptême) fête Thérèse le 15 octobre. Saint Calliste est fêté le 14 octobre. Sœur Calliste était alors étudiante à Munich, avec deux autres jeunes dominicaines de celles qu’Edith aimait à appeler « mes grandes filles » puisqu’elle avait contribué à leur formation comme enseignante à Spire.

 « Je voudrais répondre à vos questions les plus importantes. Naturellement, la religion n’est pas à vivre dans  un petit coin tranquille, durant quelques heures, pour les grandes fêtes, mais elle doit, comme vous le ressentez vous-même, être racine et fondement de toute la vie, et ce pas seulement pour quelques élus mais pour tout chrétien véritable (assurément, il n’y en a toujours qu’un « petit troupeau »). C’est au contact de saint Thomas [d’Aquin] que j’ai vraiment compris qu’il est possible de pratiquer la science comme un service de Dieu. (…)

Et ce n’est qu’à ce moment-là que j’ai pu me décider à reprendre sérieusement un travail scientifique. A l’époque qui précéda immédiatement ma conversion, et durant toute une période ensuite, j’ai pensé que vivre la religion signifiait faire abstraction de tout ce qui est terrestre pour ne vivre qu’en pensant aux choses de Dieu. Mais j’ai progressivement compris qu’il nous est demandé autre chose en ce monde et que, même dans la vie la plus contemplative, on n’a pas la droit de couper la relation avec le monde ; je crois même que plus on est attiré profondément en Dieu et plus il faut aussi, en ce sens, « sortir de soi », c’est-à-dire aller vers le monde pour y porter la vie divine.

Il importe simplement d’avoir dans les faits un coin tranquille où l’on puisse converser avec Dieu comme si absolument rien d’autre n’existait, et cela chaque jour : les heures matinales me semblent convenir pour cela, avant que le travail quotidien ne commence ; d’autant plus que l’on reçoit là sa mission particulière, au mieux aussi jour après jour, et que l’on ne choisit rien de soi-même, enfin que l’on se considère purement et simplement comme un instrument, et spécialement les facultés avec lesquelles on doit particulièrement travailler, à savoir, dans notre cas, l’entendement que nous considérons non pas comme ce que nous manions, mais ce que Dieu manie en nous. Vous avez là ma méthode… Ma vie commence neuve chaque matin et s’achève chaque soir ; nous ne devons pas faire de plans et de projets au-delà ; c’est-à-dire que cela peut naturellement faire partie de notre travail quotidien de prévoir − un enseignement par exemple serait sinon impossible − mais cela ne doit jamais devenir un « souci » pour le jour suivant. Vous comprendrez ainsi que je ne peux accepter que vous disiez que je  suis « devenue quelqu’un ». Il semble que la sphère de ma tâche se soit étendue [Edith commence à cette époque son activité de conférencière]. Mais cela ne change rien à ce que je suis, selon moi. »

https://hozana.org/

 

Annoncer Jésus

 

J27 - Annoncer Jésus

« L'homme (guéri) parti annoncer aux Juifs que c'était Jésus qui l'avait guéri. » (Jn 5, 15)


« Appartenir à Dieu dans un don libre d'amour et le servir, telle est non seulement la vocation
de quelques élus mais celle de tout chrétien : consacré ou non, homme ou femme,
chacun est appelé à la suite du Christ. »
(Edith Stein_ "Vocation de l'homme et de la femme")

https://hozana.org/

 

L'intériorité de l'âme

 

J22 - Répondre à Dieu

« Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
Comme au jour de tentation et de défi,
Où vos pères m'ont tenté et provoqué »
(Ps 94)


« Il y a en chaque être humain un lieu libre de tout lien terrestre, un lieu qui ne vient pas des autres
et qui n'est pas déterminé par les autres. Là, il se trouve seul devant Dieu.
C'est l'intériorité de l'âme, le je absolument individuel et libre, le je personnel. »
(Edith Stein_ "De la personne humaine")

https://hozana.org/coin-priere

 

×