Prière des Jours

 

 

Le message du Sacré-Coeur de Jésus à Paray-Le-Monial

Jésus a confié le message de son Coeur tout aimant et tout aimable à Marguerite Marie, une religieuse contemplative du couvent de la Visitation, qui a compté sur l’aide de son confesseur, le père Claude de La Colombière, pour répandre ce message dans le monde entier.

 

 

 

Se tenir au pied de la croix !

 

Nous voulons choisir une heure pour nous unir à Jésus qui a tant aimé les hommes et lui manifester notre gratitude.

Nous désirons alors apprendre à glorifier Dieu par toute notre vie. Aussi bien dans les tâches ménagères que dans la prière ou au cœur du travail, au début de mon heure je choisis tout ce que je veux vivre pendant cette heure, uni à Jésus.

 

 

 

Hozana - Réseau social de prière

 

 

Bienheureux martyrs de l'espérance

 

 

Histoire tibhirine 7 freresLes  frères moines de Tibhirine

 

 

Bienheureux martyrs de l'espérance, vous qui avez lavé et blanchi vos robes dans le sang de l'Agneau, enseignez-nous à aimer jusqu'au bout de l'amour et de la mort dans la patience de l'humble quotidien.

Par la puissance de votre intercession, entraînez-nous sur vos pas, nous courrons !

Frère Christophe, apprenez-nous à être des travailleurs priants, à sanctifier notre travail au point qu'il devienne la prière de nos mains.

Frère Paul, apprenez-nous à nous donner dans le détail de nos journées, à gonfler chacun de nos petits gestes d'un amour sans pareil.

 

https://hozana.org/

 

 

Jésus apparut d'abord à Marie Madeleine

 

 Jésus apparut d'abord à Marie Madeleine

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 16, 9-15)

Ressuscité le matin, le premier jour de la semaine, Jésus apparut d'abord à Marie Madeleine, de laquelle il avait expulsé sept démons. 

Celle-ci partit annoncer la nouvelle à ceux qui, ayant vécu avec lui, s'affligeaient et pleuraient.

Quand ils entendirent que Jésus était vivant et qu'elle l'avait vu, ils refusèrent de croire.

Après cela, il se manifesta sous un autre aspect à deux d'entre eux qui étaient en chemin pour aller à la campagne.

Ceux-ci revinrent l'annoncer aux autres, qui ne les crurent pas non plus.

Enfin, il se manifesta aux Onze eux-mêmes pendant qu'ils étaient à table : il leur reprocha leur manque de foi et la dureté de leurs cœurs parce qu'ils n'avaient pas cru ceux qui l'avaient contemplé ressuscité.

 

Puis il leur dit : « Allez dans le monde entier. Proclamez l'Évangile à toute la création. » 

 

https://hozana.org/

 

 

Touchons le cœur de Dieu

Site des oeuvres pontificales missionnaires

Vendredi Saint - Passion du Seigneur

 

« Or, près de la croix de Jésus se tenaient sa mère
et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas,
et Marie Madeleine. » (Jn 19, 25)

 

 

 

La Croix se dresse maintenant devant nous. 

 

Avec Marie, avec les disciples, avec les persécuteurs de Jésus aussi, nous contemplons notre Seigneur livré aux mains de ses juges et de ses bourreaux.

C'est le drame de l'humanité qui se joue, c’est la tragédie qui s’écrit dans l’histoire de la relation entre Dieu qui est amour et l’humanité qui juge.

 

Comment le monde peut-il comprendre le message divin, l’incarnation du verbe de Dieu ? 

Dieu s'est fait chair pour prendre notre condition humaine et nous l'avons condamné à mort, crucifié, supplicié.

Il faut une conversion du cœur, du regard, pour découvrir qui est ce condamné.

 

Il est le « roi des juifs », selon Pilate ; il est le Fils de Dieu le Christ, le messie non reconnu que des générations ont espéré et attendu. 

 

La force, le mal, la mort ont provisoirement, semble-t-il, gagné la partie. 

C'est le silence de la consternation, du chagrin, de l'incompréhension qui nous enveloppe à présent.


L'univers des hommes, c'est l'univers de la violence, des défis, de la lutte pour le pouvoir, des complots, des calculs. 

 

Le Royaume que nous offre Dieu, c'est le Royaume de la miséricorde, de la patience, de l'amour gratuit qui nous est donné.

C'est pour signifier cela que la croix plutôt qu'un autre symbole est signe de ralliement.

 

La croix ne fait sens que dans la lumière du matin de Pâques.

En empruntant le chemin de la croix, en comprenant le scandale, la folie de la croix, nous découvrirons le mystère de l’amour divin, de l’amour parfait, inégalé.

 

C’est ce chemin que les martyrs de tous les temps ont emprunté, depuis les temps de catacombes jusqu’au XXIème siècle. 

 

Entrons humblement dans ce mystère et notre vie sera changée.

Nous n’écouterons plus les sirènes du matérialisme, de l’individualisme, de l’hédonisme que notre époque propose. 

 

Nous verrons se lever pour nous l'aurore d’une vie nouvelle que le baptême inaugure.

Chaque lever de soleil sera un matin pascal ; nous pourrons proclamer notre foi, notre Credo parce que nous serons authentiquement chrétiens.

 

Cette Croix, nous la vénérons, nous la touchons et, ce faisant, nous touchons le cœur de Dieu. 

Elle n’est pas plus facile à porter pour nous qu’elle le fut pour les générations de disciples qui nous ont précédés, mais c’est l’unique chemin de la vérité sous le regard de Dieu.

 

Ne l’éloignons pas de nous, portons la, faisons comme Simon de Cyrène, portons celle de nos frères et sœurs.

Nous serons alors sur le chemin des martyrs (témoins du Christ) et des saints, ce chemin douloureux qui conduit vers la vie nouvelle, la résurrection sur laquelle repose notre foi.


Pensons tout particulièrement à nos frères chrétiens persécutés, aux peuples qui subissent l’oppression (en Birmanie), aux nations menacées de disparition (au Liban).

 

Avec l'aide de l'Esprit Saint, pardonnons, prions, annonçons sans fin Jésus qui a donné sa vie pour le salut du monde.

 

Ainsi vivrons-nous en disciples de celui qui nous ouvre les portes de la vie éternelle et nous invite à le suivre sur son chemin de croix.

 

+ Mgr Geoges Colomb
  Directeur national des O.P.M.

Photo : Vénération de la croix à Manille, aux Philippines - DR 

 

 

 

Éternelle présence

 

 

Seigneur, tu as pris chair dans le corps de Marie.
Tu es né à Bethléem, tu as pris le nom de Jésus.
Tu as grandi à Nazareth entre Marie et Joseph.


Tu as regardé notre monde avec des yeux humains (pape François).
Tu es venu te révéler à nous.

Tu es venu pour nous offrir la vie éternelle.


C'était il y a 2000 ans.
C'est aujourd'hui.

Seigneur Jésus, nous attendons ta venue à la fin des temps.
Nous espérons la vie que tu nous as promise.
Pour nous l'offrir, tu as souffert.


Pour nous la donner,
tu as été crucifié, tu es mort et tu es ressuscité.


C'était il y a 2000 ans.
C'est aujourd'hui.

Seigneur, avant de quitter notre monde terrestre,
tu t'es donné à nous dans l'Eucharistie.


Avant de quitter notre monde terrestre,
tu as dit à tes apôtres :
« Et moi, je serai avec vous jusqu'à la fin des temps »


Après avoir quitté notre monde terrestre,
tu nous as envoyé l'Esprit Saint.


C'était il y a 2000 ans.
C'est aujourd'hui.

Seigneur Jésus, tu es parmi nous et en nous,
avec ton Esprit Saint, tu formes l'Église.


Elle était il y a 2000 ans.

Elle est aujourd'hui.

 

 

                                                            

                                              

 

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon coeur (cf: Luc 2, 19)

Je prie Je prie

 

https://hozana.org/

 

 

 

Père Augustin Gagey, Carême à domicile

 

Texte du Père Augustin

Si vous avez pu vous lever ce matin avec plus de santé que de maladie, vous êtes plus chanceux(se) que le million de personnes qui ne verront pas la semaine prochaine.


Si vous n'avez jamais été dans le danger d'une bataille, la solitude de l'emprisonnement, l'agonie de la torture, l'étau de la faim, vous vous trouvez mieux que 500 millions de personnes.


Si vous avez de la nourriture dans votre frigo, des habits sur vous, un toit sur votre tête et un endroit pour dormir, vous êtes plus riche que 75% des habitants de la Terre.


Si vous avez de l'argent à la banque et de la monnaie dans une petite boîte, vous faites partie des 8% les plus privilégiés du monde.


Si vous lisez ce message, vous venez de recevoir une double bénédiction, parce que quelqu'un a pensé à vous, et parce que vous ne faites pas partie du milliard d'adultes qui ne savent pas lire.


Si vous pouvez aller à l'église sans peur d'être menacé(e), torturé(e) ou tué(e), vous avez plus de chance que les 260 millions de chrétiens persécutés dans le monde, soit un chrétien sur huit !


Mais si vous n'y allez pas, vous êtes vous-même en danger de perdre la foi que Dieu vous a donnée.


(Père Augustin Gagey, Carême à domicile, 5 mars 2008)

 

 

                                                 

 

 

Prière

Ô Seigneur, que de souffrances et de misères sur cette terre !

Donne-nous des hommes qui fassent régner ta paix et ta justice.

Et que moi-même, je sache regarder autour de moi ; que j'intervienne, quand cela m'est possible, pour apporter la paix et la justice, en montrant ton amour.

 

 

 

Père Pedro Opeka

 

Témoignage

 

Le 19 septembre 2019, l'association Akamasoa a fêté ses 30 ans d'existence.

Trente années de lutte contre la pauvreté, mais aussi trente années d'amour pour tout un peuple d'exclus.

Plus de 500 000 personnes démunies ont bénéficié de son aide. Elle a créé 18 villages avec la construction de plus de 3000 maisons et appartements.

Le père Pedro Opeka a su s'entourer d'une équipe solide de responsables malgaches. Les habitants des villages peuvent y trouver ce qui est nécessaire à l'éducation, à la santé et aux loisirs. Les enfants y sont scolarisés de la crèche à la terminale.

Chaque année, les membres d'Akamasoa, et en particulier les enfants, plantent entre 20 000 et 30 000 arbres autour des villages, pour reboiser les parcelles détruites par les incendies voulus par la tradition pastorale.

 

Au cours de son voyage à Madagascar, en septembre 2019, le pape François s'est rendu à Akamasoa.

Le peuple l'a accueilli avec une simplicité pleine de tendresse. On devine la joie de notre pape, lui qui partage avec le père Pedro le même amour pour les déshérités.

 

Akamasoa est l'expression de la présence de Dieu, qui a décidé de demeurer toujours au milieu de son peuple pauvre. […]

À voir vos visages radieux, je rends grâce à Dieu, qui a entendu le cri des pauvres et qui a manifesté son amour par des signes tangibles, comme la création de ces villages. […]

 

La pauvreté n'est pas une fatalité. […] Ne baissez jamais les bras face à la pauvreté ! (Pape François).

 

 

Prière

Merci, Seigneur, de nous donner des hommes tels que le père Pedro qui nous demande de nous insurger contre la misère.

Aide-nous à ne pas baisser les bras face à la pauvreté !