Les champs d'horreur

 

  

poesiedesjours105-1.jpg

 

 

 

Voici qu'on arrache

 leurs membres

 mystiques martyres aux yeux perdus

quelconques

 

les fibres

de leurs nerfs

saillants

éclatent en univers

 

et chaque fois

renaissent

 

et notre bonne conscience

qui gît à jamais

 

sur tous les champs

du malheur 

 

 

 

 copyright Poésie des Jours

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×