Créer un site internet

Angélus de midi

 

Ndlasalette

 

 

Mon esprit s’ouvre et s’offre, on dirait une cible ;

Je ne puis plus compter les chutes de mon cœur ;

La charité se fane aux doigts de la langueur ;

L’ennemi m’investit d’un fossé d’eau dormante ;

Un parti de mon être a peur et parlemente ;

Il me faut à tout prix un secours prompt et fort.

 

Ce fort secours, c’est vous, maîtresse de la mort

Et reine de la vie, ô Vierge immaculée,

Qui tendez vers Jésus la Face constellée,

Pour lui montrer le Sein de toutes les douleurs,

Et tendez vers nos pas, vers nos ris, vers nos pleurs,

Et vers nos vanités douloureuses les paumes

Lumineuses, les Mains répandeuses de baumes...

 

Ah ! vous aimer, n’aimer Dieu que par vous, ne tendre

A lui qu’en vous sans plus aucun détour subtil,

Et mourir avec vous tout près.

Ainsi soit-il !

 

Paul Verlaine, 1875

 

 
×