Lecture Passion

lecture-passion.jpg

L'invincible espérance

 

Christian de cherge

 

 Le 21 mai 1996, les sept moines trappistes de Tibhirine étaient assassinés. Quelques jours avant l'enlèvement, Christian de Chergé, prieur de la                   communauté de l'Atlas, écrivait :   " Je les aime assez, tous les Algériens, pour ne pas vouloir qu'un seul d'entre eux soit le Caïn de son frère. Mais               d'avance je confie celui qui, dans sa liberté mal éclairée, deviendrait  meurtrier à la miséricorde du Père. Et si c'est à moi qu'il s'en prend, je voudrais          pouvoir lui dire qu'il ne savait pas ce qu'il faisait, lui donner toutes les circonstances atténuantes. "  Ce livre rassemble un choix de textes exceptionnels, de la seule plume de Christian de Chergé, et recueillis par Bruno Chenu (1942- 2003) assomptionniste et théologien.                                                                  

                                                                        

Prier 15 jours avec Maurice Zundel

 

001 4

 

Prier 15 jours avec Maurice Zundel

Marc Donzé, édition Nouvelle cité, 2008, 6 ed., 13e mille.

L’auteur, suisse, spécialiste de Maurice Zundel, a publié une large étude sur la théologie de Zundel. Il nous fait ici entrer dans la méditation de ce grand mystique, poète et théologien tout à la fois.  La vie et de la prière du père Zundel nous dévoile la grandeur de l’homme libre, habité par le Dieu des Béatitudes.

Citant de nombreux textes de Maurice Zundel pour illustrer son propos, l’auteur nous invite ici à le suivre sur les 15 thèmes suivants:

  1. Le silence et l’aventure humaine
  2. À la découverte de la dignité
  3. À la profondeur de l’intériorité
  4. À la source de la liberté
  5. À l’invitation à la pauvreté
  6. Pour décoller de soi
  7. Pour révéler la présence
  8. La Trinité, mystère de pauvreté
  9. Et la chair devint  Verbe
  10. La création, une alliance
  11. L’innocence de Dieu
  12. Méditation sur l’Église
  13. Dieu, c’est quand tu es bon
  14. Espace de sécurité, espace de générosité
  15. Marie, sacrement de la tendresse de Dieu

Il y ajoute pour finir quelques indications pour nous aider à lire Zundel.

" Il nous faut apprendre cette dialectique. Il nous faut comprendre que tous les problèmes ont deux faces, que la matière joue, ou plutôt qu'elle laisse jouer en elle l'esprit, que l'esprit s'exprime à travers la matière, que l'homme est une aspiration vers Dieu et que Dieu se loge dans ce creux que notre liberté dessine à mesure que nous décollons de l'animal."

Maurice Zundel

 

Tu es la meilleure mère du monde !

 

image tu-es-la-meilleure-mere-du-monde-9791033600862

 

Présentation :

Lorsque l'enfant entraîne ses parents sur des chemins sur lesquels ils n'auraient pas voulu aller, ils s'enlisent dans des interrogations sans fin. Comment résoudre les difficultés, comment continuer à aider son enfant lorsqu'il ne veut plus rien écouter ?

Il s'agit alors d'aller extraire ce qui est caché en nous et qui est là depuis toujours.
 
À partir de son expérience, de témoignages et d'un éclairage spirituel, Isabelle Laurent nous permet de découvrir six clés pour trouver la paix intérieure et avoir l'attitude juste au quotidien et illustre le tout par une série d'exercices pratiques.
 
Isabelle Laurent est l'auteur de plusieurs romans pour la jeunesse : La prophétie d'Assise, Le secret de Lomianki, Les deux Couronnes et d'un essai sur la famille : Les Yeux d'une mère.
 
 
Copyright Editions Artège
 
 

Un désespoir allègre

 

g-cesbron.jpg

 

Dernier tome du " Journal sans date " , ultime volume d'une oeuvre qui, plus de trente ans durant, a porté au plus haut l'exigence d'un homme face à lui-même, aux autres et à Dieu...

Il allait, se rendant à son travail, notant " pensées, images, graines de récits, lambeaux de poèmes "... Les " miniatures " qui composent ce livre, qu'il a revues et retouchées jusqu'à la limite de ses forces, nous devons les recueillir avec la même ferveur et la même simplicité qui furent les siennes.

C'est l'hommage reconnaissant que nous rendons à celui qui, pour tant et tant d'entre nous, fut plus qu'un grand écrivain: un frère !    éditions Robert Laffont

_____________________________

 

" L'écrivain se dépouille, livre après livre, de ce qu'il avait à dire et meurt de froid... 

J'aurai traversé la vie, tremblant et appliqué comme un enfant franchit à gué une rivière.."   

Gilbert Cesbron

 

Frédo Krumnow

 

fredo-krumnow.jpg

 

Né à Mulhouse le 29 mai 1927  dans une famille ouvrière militante, Frédo Krumnow grandit dans l'ambiance d'un quartier populaire. La lutte des classes était déjà présente dans sa vie quotidienne. La contemplation d'une affiche publicitaire et la lecture de rubriques scientifiques lui poseront le problème de l'infini...Ce sera le départ d'une recherche inconsciente de Dieu et celui-ci deviendra pour lui "cet être total qui remplit l'univers, qui s'identifie au cosmos dans toute sa dimension." Frédo s'engage dans la jeunesse ouvrière chrétienne et devient responsable national de la branche "Apprentis". Revenu à la base, il travaille comme manoeuvre dans une usine. Son action syndicale l'amènera à prendre des responsabilités nationales à la CFDT. Atteint d'un cancer qui l'emportera le 19 mai 1974 alors qu'il n'a pas encore 47 ans, il voulut utiliser ce temps de repos forcé et de souffrance à proclamer les raisons de sa foi en l'homme et en Dieu, foi appuyée sur " l'amour d'un certain Jésus-Christ".... D'où ce livre inachevé...  

Les Editions Ouvrières

 

" La maladie me donne enfin, pour la première fois dans ma vie, la possibilité d'écrire; ceci est tellement rare pour un ouvrier ! pour un syndicaliste !... parce que je n'aurai peut-être pas le temps d'écrire plusieurs livres, j'ai décidé de consacrer le premier à la FOI...en effet, qu'y a-t-il de plus élevé, de plus important à livrer dans une vie humaine que la foi que nous pouvons avoir en l'Homme et en Dieu ? alors c'est un devoir de livrer cette FOI aux autres...un chrétien a, en tant que travailleur, les mêmes raisons que tous les autres travailleurs de se battre pour une société libérée du profit, une société fraternelle, égalitaire, sans classe...L'Amour qu'il a pour les autres doit le pousser à cette lutte et l'engager à aller plus loin... aller plus loin dans cette immense espérance humaine motivant les exigences concrètes pour un combat à mener dès aujourd'hui...il y a des moments, de longs moments, où l'on ne peut pas parler, pas écrire, pas lire, alors que l'Esprit atteint la lucidité et l'intensité cérébrales à l'état presque pur...des nuits dont chaque minute couvre un siècle, pendant lesquelles défile le vécu, le souvenir, le petit détail d'un moment, la mémoire extraordinairement nette d'un visage, des paroles d'un ami... ceux qui arriveront au bout du voyage ne pourront alors s'empêcher de jeter un regard en arrière sur ceux qu'ils auront précédés, un regard d'amour..."

Frédo Krumnow

 

Gérald Neveu

 

gerald-neveu-1.jpg

 

La poésie c’est de sortir de soi pour y faire entrer les autres ...

Souvent Gérald Neveu nous aura dit et répété cette maxime dans les longues nuits pleines de sel et de brume de Marseille. Il disait aussi que "rêver, c’est rencontrer les autres au fond de soi-même"...

Il traînait dans cette ville, petit employé fonctionnaire employé aux PTT, et après ses longues divagations sur les trottoirs de la ville, il rentrait chez lui ou ailleurs, pour mettre sur le papier ses fins de jours. Il s’usait vite et le dernier jour de février 1960, il s’est retiré de ce monde, place Dauphine à Paris. C’était la seule fois qu’il avait quitté Marseille. 

" Je n'appelle pas au secours", dit-il dans une lettre, "je n'appelle plus au secours". Il faudrait revenir en arrière, dans le temps, prendre ma cervelle enfantine et lui apprendre pour la première fois l'alphabet. Ne le voyez-vous pas, ce cancer qui me détruit, ce manque, ce vide terriblement concret en ce qui me concerne. Le développement élémentaire d'un individu ne peut se passer de cet appui fondamental : l'exercice de la tendresse "...  

Gil Pressnitzer

 

" Et ceux-là qui ouvraient de grandes bouches pour rire pâliront et souffriront Ils ne sauront pas encore ce que c’est que la faim — non bien sûr — mais ils diront Peut-être a-t-il faim Alors on répétera dans les cercles de famille Peut-être a-t-il faim On dira A-t-il faim en se serrant un peu davantage au coin du feu ON DIRA on dira Il faudrait peut-être crier pour l’effrayer ou mettre des jattes de lait devant la porte pour l’apaiser Mais celui qui le premier aura vu mon visage oh alors celui-là dira des choses incompréhensibles Il sera bête il aura envie de s’asseoir au soleil et de baver"... 

Gérald Neveu

 

Extraits du large

 

Bernard perroy 2015

http://perroybernard.unblog.fr/

 

Extraits du large

les mots résonnent

comme le souvenir

d'une origine

à toute chose,

de ce qui nous garde sur la terre

durant ce pèlerinage

où l'enfance sans cesse

demeure à la première place

et nous ramène pas après pas

à la beauté, au mystérieux

et primordial trésor

de notre fragilité.

 

Bernard Perroy

éditions La Porte_2015

 

Daniel Brottier

Les médecins cherchent mon mal. S'ils savaient toutes les misères qui frappent à ma porte, et mon impuissance à les soulager toutes, ils sauraient ce qui me brise aujourd'hui.

(Une des dernières paroles du Père Brottier)

 

daniel-brottier.jpg 

 

Servir, c'est n'être plus à soi, c'est penser, vouloir, agir en fonction des autres...

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×