Humble parmi les humbles, le père Jean Fréchet

 

Un engagement au service des plus pauvres qu’il a lui-même si bien résumé. « 45 ans de lutte contre la misère et l’exclusion et de marche avec les Pauvres à leurs côtés m’ont tué. Petit à petit j’ai tout perdu. Ma vie, ma santé, ma force, mon argent. Je n’ai plus rien ! Je suis ruiné, j’ai tout perdu … mais j’ai peut être tout gagné. Car désormais je suis un homme libre. J’ai gardé la Foi. De toutes façons, j’irai jusqu’au bout de ce combat. Quoi qu’il arrive. Et quelles qu’en soient les conséquences ». Ce combat il l’a en effet mené jusqu’au bout accompagnant des centaines de personnes dans leurs parcours de vie, des parcours souvent bien cabossés. Un demi-siècle durant il posa une à une les pierres d’un royaume où les « pauvres seraient enfin les invités de la société et des églises »...