Vidéos Témoins de vie

 

Pere frechet

 

 

 

" La tristesse n'est pas chrétienne, les chrétiens tristes sont des imposteurs..."

Georges Bernanos

 

 

 

 

Marie Noël, entre le monde et Dieu

Marie Noël se nommait Marie Rouget. À Auxerre, où elle naquit le 16 février 1883 et où elle résida jusqu'à sa mort, à 84 ans, le 23 décembre 1967, on l'appelle toujours joliment « la fille poussée au son des cloches ». En Bourgogne, le souvenir de la vieille demoiselle est à tout jamais présent. C'est que la vie de Marie Rouget n'est pas commune. Bien longtemps, en effet, beaucoup ignorèrent que celle qui allait devenir Marie Noël, la Marie Noël qu'admirèrent Aragon, Colette, François Mauriac, Montherlant et qui obtint le Grand Prix de l'Académie française pour l'ensemble de son oeuvre, était l'auteur prolifique de récits, de chansons, de berceuses, de complaintes, de contes, de poèmes et de psaumes qui la délivraient de l'attente, des ténèbres, du doute et de l'effroi de la mort. Une vie de lutte incessante, au fil des mots, contre le mal auquel seul peut répondre l'amour. Tour à tour émerveillée, joyeuse et soumise, Marie Noël fut une catholique ardente et sincère, toute donnée à Dieu, jusque dans l'épreuve. Rebelle, elle dialogua néanmoins jusqu'à sa mort avec le Seigneur, feignant d'ignorer qu'on peut discuter tant que l'on veut avec Dieu, tôt ou tard, c'est Lui qui a le dernier mot. Une inoubliable promenade sur des chemins de poésie au pays de la sérénité, dans les pas d'une grande figure du christianisme qui, s'usant le corps et l'âme, se perdit dans la vie des autres.

 

Père René-Luc. Sa vie est parabole...

A l´instar de Jésus lui-même, le père René-Luc, fondateur avec Mgr Carré de CapMissio, l´école de Mission de Montpellier, utilise le moyen des paraboles pour annoncer simplement la Parole au monde actuel. A ce sujet, les éditions Plon viennent de publier son nouveau livre intitulé « 15 paraboles tournées vers l´Essentiel ». Sur le plateau d´Un Coeur qui écoute, le père René-Luc, ancien voyou élevé par un truand, vient nous parler de ce livre et du chemin spirituel qu´il a suivi pour être plus proche de Jésus.

 

 

Alexandre Jollien et Ladji Diallo

Alexandre Jollien vit avec une infirmité motrice cérébrale depuis sa naissance, il décrit son itinéraire spirituel qui l'a amené à s'exiler avec toute sa famille en Corée du Sud. En puisant dans le bouddhisme et dans les mystiques chrétiens tels que "Maître Eckhart" il raconte comment il réussit ainsi à approfondir sa foi : "Vivre sans pourquoi c'est arrêter de vouloir prouver quoi que ce soit et aimer le premier venu sans rien exiger de lui en retour". Une soif de l'autre qui est également au coeur de la seconde partie d'émission, avec le parcours étonnant du conteur, comédien et chanteur Ladji Diallo. Issu d'une famille musulmane d'origine malienne, son adolescence vécue en banlieue parisienne le conduit vers la délinquance et la violence. Son père l'envoie alors en colonie de vacance dans les Pyrénées près de Lourdes. Bouleversé par ce lieu sacré, il y trouve la paix et une nouvelle source qui peu à peu le conduit à devenir chrétien...

 

Là-haut - L'Hospice du Grand-Saint-Bernard

Depuis presque mille ans, sur la route qui va de Londres à Rome, une communauté d´hommes assure ici le gîte et le couvert, panse les plaies et épanche les coeurs...

 

Grégory Turpin du Carmel à l'Olympia

Grégory Turpin revisite pour nous son parcours, parcours où Sainte Thérèse occupe une place toute particulière. Il nous explique comment il en est venu à chanter ses poèmes...

 

 

Michel Delpech, j'ai osé Dieu...

Je sais, dit-il, que ce langage est difficilement audible, venant d’'un chanteur populaire. Un chanteur de variétés qui lit les Pères de l'’Église et ceux du désert est-il crédible ? Une star qui cultive sa vie intérieure en se passionnant pour la théologie a-t-elle le droit de dire qu'il ne s’'agit pas d’'une toquade passagère ? Je m’'y risque quand même parce que je sais que si je m’'en allais sans jamais en avoir parlé, j’'aurais des regrets. » ...

 

 

Le Père François Laborde

Ce documentaire raconte une aventure humaine, spirituelle, hors du commun... Depuis son arrivée à Calcutta en 1965, ce prêtre français partage le quotidien des plus pauvres, dans les bidonvilles pestilentiels et dans les neuf foyers pour enfants handicapés qu´il a fondés sous le nom de Howrah South Point (HSP)..  C'est dans le bidonville de Pilkhâna qu´il va s´établir pendant onze ans. Aujourd´hui, le P. Laborde vit toujours à Ashaneer, « Maison de l´espérance », au sud de Calcutta, avec quelque 160 enfants trisomiques ou handicapés mentaux et une dizaine de salariés compétents et bienveillants. « J'étais venu en Inde pour évangéliser les pauvres mais ce sont les pauvres qui m'ont évangélisé », ironise-t-il.. Tous l´appellent "le monsieur Vincent" des petits handicapés de Calcutta, car il ne se contente pas de les recueillir, de les vêtir, de les nourrir, de les soigner. Il leur offre aussi une chance de renaître à une vie presque normale. Une coproduction Bo Travail !/KTO 2016 - Réalisé par Virginie Berda-Durée : 52 minutes

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site