Billets de mfressard

Celui qui se sera prononcé pour moi

 

celui-qui-se-sera-prononce-pour-moi-devant-les-hommes.jpg

Frère Roger de Taizé

 

Celui qui se sera prononcé pour moi devant les hommes, le Fils de l'homme se prononcera aussi pour lui devant les anges de Dieu.

Mais celui qui m'aura renié en face des hommes sera renié en face des anges de Dieu ; si quelqu'un blasphème contre l'Esprit Saint, cela ne lui sera pas pardonné.

St Luc 12, 8-12 

 

Désirer que ce soit autrement

 

desirer-que-ce-soit-autrement.jpg

 

Désirer, désirer désespérément

désirer jusqu'à la douleur et la détresse

jusqu'au grand vide amer

désirer que ce soit autrement

 

désirer la fin des cruautés

des folies, de la bêtise, de l'abject,

désirer la gaieté, la lumière, la tendresse

 

avoir si faim, avoir si soif

du monde différent

et de soi-même différent.

Maurice Bellet

 

Le petit journal de soeur Faustine

 

Sainte faustine

 

Le message de Jésus à Ste Faustine s'adresse au monde entier : "Aujourd'hui, je t'envoie, avec ma miséricorde, à toute l'humanité. Je ne veux pas punir l'humanité qui souffre, mais je veux la guérir, la serrer contre mon coeur miséricordieux." 

Ecrit sous forme de mémoires, il concerne les quatre dernières années de vie de soeur Faustine. On y trouve une présentation de la profondeur de sa vie spirituelle ainsi que l'illustration du dégré élevé de l'union de son âme avec Dieu. 

"L'Eglise porte la miséricorde de Dieu. Exercer cette miséricorde est sa tâche."
Extrait de la préface de Mgr André Vingt-Trois. 

 

La croix demeure

La croix demeure tandis que le monde tourne. Devise des Chartreux

La misère est l'oeuvre des hommes

 

Thtaijz146

Joseph Wresinski- ATD Quartmonde

 

La misère est l'oeuvre des hommes, seuls les hommes peuvent la détruire...        

Joseph Wresinski

 

Marie Noël, entre le monde et Dieu

Marie Noël se nommait Marie Rouget. À Auxerre, où elle naquit le 16 février 1883 et où elle résida jusqu'à sa mort, à 84 ans, le 23 décembre 1967, on l'appelle toujours joliment « la fille poussée au son des cloches ». En Bourgogne, le souvenir de la vieille demoiselle est à tout jamais présent. C'est que la vie de Marie Rouget n'est pas commune. Bien longtemps, en effet, beaucoup ignorèrent que celle qui allait devenir Marie Noël, la Marie Noël qu'admirèrent Aragon, Colette, François Mauriac, Montherlant et qui obtint le Grand Prix de l'Académie française pour l'ensemble de son oeuvre, était l'auteur prolifique de récits, de chansons, de berceuses, de complaintes, de contes, de poèmes et de psaumes qui la délivraient de l'attente, des ténèbres, du doute et de l'effroi de la mort. Une vie de lutte incessante, au fil des mots, contre le mal auquel seul peut répondre l'amour. Tour à tour émerveillée, joyeuse et soumise, Marie Noël fut une catholique ardente et sincère, toute donnée à Dieu, jusque dans l'épreuve. Rebelle, elle dialogua néanmoins jusqu'à sa mort avec le Seigneur, feignant d'ignorer qu'on peut discuter tant que l'on veut avec Dieu, tôt ou tard, c'est Lui qui a le dernier mot. Une inoubliable promenade sur des chemins de poésie au pays de la sérénité, dans les pas d'une grande figure du christianisme qui, s'usant le corps et l'âme, se perdit dans la vie des autres.

 

Observatoire des Inégalités

 
 
 
 
 

La misère persiste en France
Le Gini est mort, vive le Palma ?
Les inégalités de revenus à la lumière du « Palma »
Salaires, le grand écart
Dans la fonction publique, les femmes restent souvent des exécutantes
Tel père, tel fils ? L’inégalité des chances reste élevée
« La marge est partout », entretien avec Samuel Depraz, géographe

 

Merci pour votre soutien

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×