Prospection

 

 poesiedesjours78.jpg

 

  

 

Quand on regarde

les espaces du futur

on a une dernière pensée

surréaliste

 

et puis

avec le temps

les paysages se dénudent

 les villes s’effacent

 

le cerveau

redevient blanc

comme avant

 

et règne

sur les espaces imaginaires

de la vie

 

 

 

copyright Poésie des Jours   

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×