Désert intime

  

etat-poesie-georges-haldas.jpg

                    

La voix de

Dieu s'est tue 

Et seul dans les jardins le soleil parle aux pauvres

Nous vivons tous dans un désert sans fin où notre cœur attend

Nous allumons des feux     

Qui donc parmi les pierres fait refleurir la vie ?     

Qui nous parle de près ?     

Restons dans le désert     

Nous y serons un jour visités en secret

 

Georges Haldas

                

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×